Page précédentePage suivanteRevenir à l'accueilLire en plein écranFermer la fenêtre
Annoncez sur Le Site en Bois

Photo d'Olivier MOREL - Chablis de Lorraine Le 26 décembre 1999 s'abattait sur la forêt française et ses proches voisines l'une des plus terribles tempêtes que les forestiers aient jamais relevées. Routes, habitations, lignes détruites, arbres déracinés, rompus, activités sylvicoles réduites à néant, la quasi-totalité de notre pays fût secoué par ce sinistre. Après l'Arrêté du 29 décembre 1999 portant constatation de l'état de catastrophe naturelle, le  Plan national pour la forêt française, l'Accord Interprofessionnel pour la maîtrise des cours du bois et les nombreuses initiatives publiques, privées et associatives locales, une fantastique énergie a été mobilisée pour aider au déblayage, à l'abattage, au nettoyage, à la sécurisation et au réaménagement des forêts touchées. Pourtant, plus de huit mois après, de nombreuses parcelles restent en l'état et l'actualité nous fait part encore chaque jour de l'étendue réelle des dégâts : plus de 138 millions de m3 de chablis (*) selon les dernières estimations (**), dont plus de 65% dans les forêts privées. Dans le seul département des Vosges, l'un des département français les plus touchés, le volume des chablis s'élève à plus de 8 millions et demi de m3 dans les forêts domaniales et de collectivités. Et le bilan représenterait dans certains départements plus de 5 fois les possibilités commercialisables. Au delà des chiffres, ce sont toute une activité professionnelle et une part de notre culture qui furent touchées. Et sans le fantastique élan de solidarité national et le soutien des pays frontaliers (Allemagne, Italie, Suisse...), l'immense désastre aurait eu, sans nul doute, plus de conséquences encore. On sait aujourd'hui que plusieurs décennies seront nécessaires pour revoir dans certaines forêts les paysages qui nous étaient familiers. Mais pour cet homme qui, à plus de soixante ans, a vu cet hiver plus de trente années d'activités sylvicoles réduites en chablis, quelles paysages resteront gravés ?

Photo W.M. - Chablis en Franche-Comté"Les arbres, une richesse fragile", ce titre d'un article de la Direction générale de la recherche européenne résume sans doute au mieux la pensée que peuvent éprouver de nombreux amoureux des forêts. Simple caprice de la nature? Mauvaise gestion sylvicole? A l'heure des bilans, des critiques et des analyses, sylviculteurs et chercheurs recherchent ensemble les pistes pour limiter les risques qu'un tel désastre ne se reproduise.

Le Net, comme les autres médias, s'est fait l'écho des initiatives et des actions. Retrouvez ci-après les principales ressources documentaires disponibles sur le web.

(*): arbre renversé, déraciné ou rompu par le vent, ou brisé sous le poids de la neige ou du givre.

(**): Estimation provisoire du 27 février 2000 des chablis (en m3) en forêts publiques et privées (Ministère de l'Agriculture et de la pêche, O.N.F.)

| Retour|

 

[ ACCUEIL | CARREFOUR | DECOUVERTE | RESSOURCES | LITTERATURE | PHOTOS | INFOS ]
[ GUIDE | LIENS | ABONNEMENT | SERVICES ]
Informations légales
© 1996-2016 Netbois Consulting & Xbois - Tous droits réservés - Charte utilisateurs - Informations - Blog